Objectif 2022 : être publiée dans un magazine pin-up !

Je pars pour vous écrire un roman comme à mon habitude, et voilà que je bloque déjà sur l’introduction !

On va aller droit au but : toutes les pin-up, et au moins les deux tiers des femmes de manière générale, se sont un jour secrètement rêvées en couverture d'un magazine.

Pourquoi ?

Et bien tout simplement parce que ces modèles, stars, actrices représentent une sorte de perfection, un canon de beauté du moment et donc l'idéal à suivre.

Même si nous pouvons dire qu'aujourd'hui des efforts sont faits de ce côté-là et que les cover-girls sont de plus en plus mises en lumière dans la presse générale pour leur carrière, nous avons grandi avec l'idée que seule la perfection méritait d'être imprimée.


Comment ne pas avoir un jour rêvé de cet idéal et d'être mise en lumière ?
Le body positive et le féminisme ont bousculé les conventions pour notre plus grand bonheur, nous permettant aujourd'hui de caresser cette opportunité du bout des doigts.
Même si, bien entendu, certaines couvertures resteront inaccessibles à Madame Tout-le-Monde, vous avez tout de même la possibilité d'accéder à la publication dans de prestigieux magazines telles des Beyonce en puissance !

Mais... pas n'importe comment !

Sachez qu'il existe une multitude de magazines dédiés à la photographie.
Cela peut-être des shooting boudoir, gothique, sexy, horrifique, tattoo... Vous pouvez être certaine qu'il existe un magazine prêt à étudier la soumission de votre set.
Mais aujourd'hui, je ne me pencherai que sur les magazines "rétro" et "pin-up" les plus connus. 
En même temps, j'imagine que c'est ce qui vous intéresse le plus.

Pour les besoins de cet article, j'ai enchaîné un certain nombre de soumissions afin de vous dévoiler le plus de secrets et d'astuces et de faire de vous la prochaine Pin-up du mois !
1/ UNE EXPÉRIENCE


Je vais parler de mon ressenti personnel en tant que photographe.

Ma toute première publication date d'il y a pas mal d'années déjà, je n'aurais même pas eu l'idée à l'époque de proposer mes photos à des magazines.
Ces premières soumissions ont toutes été à l'initiative de mes modèles. J'en garde un souvenir ému et une certaine fierté.
Après, j'avoue avoir un peu perdu l'euphorie des débuts. On réalise assez rapidement que personne ne lit le nom du photographe sous celui du modèle. Ce qui est normal !
Je ne peux pas non plus vous dire, chers collègues, qu'une publication vous fera de la publicité, car si nous restons réalistes, ces magazines pin-up sont à portée internationale...
Il y a peu de chances que votre future clientèle traverse un océan pour une séance et il sera toujours plus intéressant pour nous d'être connus de votre région que du monde entier, du moins dans un premier temps.

Après, la publication a tout de même de grandes vertus.
J'avoue qu'elle est d'abord un bon moyen pour moi de jauger mon travail en fonction des magazines sur lesquels il est publié.
Évidemment, tous les magazines n'ont pas les mêmes exigences en terme de qualité et il est donc plus facile d'être publié sur ceux privilégiant la quantité.
Le nombre de pages qui vous sera consacré pourra être un indice sur vos compétences et bien sûr, la récompense ultime, si vous obtenez la couverture.
Cela me permet aussi de garder une certaine rigueur sur un thème répétitif comme lors des mini-shooting.
Quand j'arrive au vingtième ou trentième shooting, un peu lasse, me dire que mon modèle souhaitera peut-être proposer son set me pousse à garder une qualité constante. 
Depuis le début, je présente mon travail comme la possibilité pour chaque femme, quel que soit son âge, son vécu ou sa morphologie, de se découvrir comme une star sur la couverture d'un magazine.
Chacune de ces publications m'a prouvée que ce n'était pas utopique. Voilà pourquoi je continuerai de soumettre les sets de mes fabuleux modèles, encore et encore.

Bien entendu, les vrais bénéfices d'une publication sont forcément pour le modèle.
C'est elle qui sera admirée et qui se prouvera à elle-même ainsi qu'au reste du monde qu'elle en a les capacités.
Je trouve ça incroyable et je me sens extrêmement chanceuse de pouvoir réaliser quelques rêves et parfois même changer le regard de femmes qui n'avaient plus que du mépris pour elle-même, brisées par les réflexions ou les gestes d'un parent, d'un conjoint, d'un inconnu.

La publication de mon modèle est la finalité parfaite et si, sans jeu de mot, elle permet de tourner une page, c'est encore mieux.

2/ AVANT TOUT


N'imaginez pas qu'il faille obligatoirement définir bien à l'avance qu'un shooting sera destiné ou non à la publication.

En effet, cela peut vous traverser l'esprit au cours de la séance ou même "péter" dans le crâne du photographe au moment de ses retouches tellement il sera fier du résultat !
Le tout est de vous mettre d'accord AVANT DE DEVOILER LA MOINDRE PHOTO !

Les magazines exigent l'exclusivité totale. 
En signant leur contrat, vous leur garantissez que votre set n'apparaît sur aucun réseau social (modèle comme photographe) et qu'il n'a pas et ne sera pas proposé à la concurrence.
Certes, il est possible de passer entre les mailles du filet si vous avez posté une photo avant de l'effacer discrètement, mais dans la majorité des cas, et ne me demandez pas comment ils peuvent vérifier, pour en avoir fait plusieurs fois le test, le moindre set dévoilé en partie ou en totalité sur les réseaux sociaux a de grandes chances d'être évincé.
Là où il est tout de même important de préparer un shooting à l'avance, c'est quand le magazine impose un thème.
C'est le cas de RETRO LOVELY par exemple qui propose des thèmes saisonniers en parallèle avec leur édition permanente à l'instar de "Holiday" pour Noël. 
Ils annoncent leurs futures éditions sur leur page Facebook, ce qui est assez stimulant !
D'ailleurs, leur projet pour le printemps est les Villains et les princesses Disney. Autant vous dire que je suis déjà dans les starting-blocks !

Il existe d'autres magazines qui eux ne fonctionneront que par thème.
Je trouve ça très intéressant, car aucune édition ne se ressemble. Ce style de magazine est au minimum mensuel voir trimestriel pour laisser une marge de manœuvre suffisante pour la création du set.
Il faut déjà avoir l'idée qui collera au thème (aidé parfois par un dossier Pinterest mis à disposition sur la page de soumission), puis trouver les costumes, le lieu... En un mois, déjà, c'est sportif croyez-moi !

Enfin, n'ayez crainte, la grande majorité de nos magazines préférés n'impose pas de thème et vous trouverez toujours moyen de faire publier ces dernières photos dont vous êtes si fière ! 
À condition qu'elles correspondent aux critères exigés par la marque, évidemment.
3/ LA PRÉPARATION


Quels ingrédients vous faut-il pour une bonne publication ?

Il est ABSOLUMENT inutile d'être un modèle confirmé, ça, c'est une idée pré-conçue.
En revanche, il est impératif de faire confiance à un photographe PROFESSIONNEL !
Je vous entends déjà me huer !
J'entends par ce terme, un photographe qui aura une attitude pro et ça, ce n'est pas qu'une question de numéro de siret !
Que vous ayez l'habitude de poser ou non, vous n'aurez pas de miroir face à vous. Seul une tierce personne pourra vous guider afin d'accéder aux poses les plus flatteuses en fonction de votre morphologie.
Ne croyez pas qu'il soit plus facile de mettre en valeur une femme qui s'habille en 36 qu'une autre qui s'habille en 48. Chacune aura des atouts que le photographe devra mettre en valeur avec une lumière bien étudiée et des positions harmonieuses mais pas toujours confortables, je vous l'accorde...
C'est pour cela qu'il est aussi préférable d'être à l'aise avec votre photographe, ainsi que de bien connaître son travail.

Les règles de base pour que votre set soit considéré par un magazine :

- Un modèle mis en valeur avec des poses séduisantes ou sexy,
- Un cadre travaillé (cela peut-être un joli décor réel ou digital, un bel intérieur ou même une toile de fond à condition qu'elle ne soit pas chiffonnée ou pliée !),
- Une harmonie des couleurs et un travail de lumière optimal,
- Des clichés nets et livrés en haute résolution sans signature.
Mais certains magazines plus sélectifs tels que BOMBSHELL exigeront en plus :

- Une coiffure rétro avec un rendu professionnel,
- Un maquillage parfaitement réalisé,
- Une manucure soignée,
- Un traitement de la peau fin et maîtrisé,
- OPTION FORTEMENT RECOMMANDÉE : des tenues et sous-vêtements de qualité, pour sûr, ils devront être absolument dans un esprit rétro.
Si vous êtes plus sur un thème à tendance goth ou fantasy par exemple, vous pourrez toujours tenter leur autre magazine tout aussi qualitatif, FEMME REBELLE.

Vous l'aurez compris, en fonction du magazine choisi, si vous n'avez pas, en tant que modèle, une parfaite maîtrise de la mise en beauté, il est préférable de faire appel à des professionnels de l'esthétique en collaboration avec votre photographe à moins que ce dernier soit en mesure de réaliser lui-même ces prestations.

NOTE IMPORTANTE : Si le traitement de la peau peut sembler secondaire sur une photo en pied, il ne doit en aucun cas être négligé.
Une fois imprimé, le moindre défaut du sujet d'une photo est exacerbé contrairement au travers d'un écran.
Il est donc très important de traiter chaque zone avec attention.
Gardez en mémoire que les deux tiers des photos de couverture sont des portraits ou des plans américains (coupés à mi-cuisse).
Des cernes et imperfections non corrigés ou un visage lissé exagérément au point que les pores ne soient plus visibles, pourraient vous faire passer à côté de cette opportunité.
4/ LE CHOIX DU MAGAZINE


La soumission peut-être réalisée par l'un ou l'autre des partis, bien que les démarches soient souvent facilitées si elle est à l'initiative du photographe, à condition que ce dernier maîtrise un minimum l'anglais.
Mais je vous rassure, il n'y a rien de bien compliqué !

Vous serez confrontée à deux styles de formulaires :

- Directement sur le site du magazine rubrique "SUBMISSION" où vous pourrez directement télécharger vos photos et remplir avec vos coordonnés et celles du modèle (surtout adresse mail).
En fonction du site, et si votre set est accepté, un mail vous sera adressé à vous et à votre modèle, afin que chacun de votre côté, vous puissiez remplir et signer le contrat de diffusion.
C'est le cas pour RETRO LOVELY et ROCKET MAGAZINE par exemple.

- Ou une demande par mail. Il vous sera donc impossible de charger toutes vos photos en haute qualité. Vous devrez donc automatiquement passer par le biais d'une galerie telle que Dropbox ou WeTransfer pour présenter vos photos.
C'est le cas pour BOMBSHELL ou CHICA BOOM. Si votre set est validé et que vous êtes le photographe, vous recevrez juste un mail de confirmation. Si vous êtes le modèle, un contrat à signer sera à transmettre au photographe.

Le temps de réponse varie en fonction des magazines. 
C'est un peu comme d'envoyer un CV à une entreprise : soit vous aurez une réponse positive, soit vous n'aurez aucune nouvelle !
Il m'est arrivé d'avoir une réponse en seulement 15 minutes, d'autres au bout de 15 jours.
Inutile de relancer, c'est bien précisé sur les formulaires de soumission, vous n'aurez aucune réponse. 
Cependant, BOMBSHELL propose pour 12€ de vous dire pour quelles raisons votre set n'a pas été accepté.
Alors la démarche aurait pu partir d'une bonne intention, mais j'avoue que cela demande un certain courage de payer pour entendre qu'on a fait de la m...
Alors, quel magazine ?

Et bien cela dépendra des critères qui sont les plus importants pour vous.
Je le répète ici, je ne parle que des magazine Pin-Up les plus populaires, il existe une multitude de magazines photos sur lesquels vous pourriez apparaître.
Comme je l'expliquais plus haut, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise publication. Mais certaines requièrent une plus grande exigence.


ROCKET MAGAZINE est peut-être pour moi l'expérience de publication la plus décevante et je dis ça de manière tout à fait objective.
Déjà, il n'y a pas de thème défini ni d'édition spéciale. Dans un même magazine, on peut retrouver une mère Noël, du boudoir élégant, du fétiche, de la pin-up, de la couleur, du noir et blanc, et même des shooting mère/enfant ! Ok !
Mais la qualité des photos présentes dans ce magazine est très très inégale...
Bref, on peut à peu près tout envoyer sauf du nu, aucune indication technique particulière à part la résolution (mais ça, on s'en doute), il est indiqué que les photos doivent être inédites mais que ce n'est pas une obligation.
Bon, bon, bon... Que dire ?
Et bien, vous pouvez toujours tenter de faire la plus belle photo de tous les temps en espérant la couverture. 
Sachez tout de même qu'ils travaillent avec des photographes partenaires... Ceci explique cela.
Enfin, c'est un moyen d'être publié juste pour dire que vous l'avez été, c'est dommage.
J'entends dire que RETRO LOVELY a baissé son niveau d'exigence. Ce n'est pas tout à fait vrai.
Certes, ils se sont diversifiés en proposant aujourd'hui pas moins de 8 éditions (boudoir, gothique, cosplay, nude...). Leur cadence est infernale et ils peuvent imprimer deux magazines chaque mois, dans chaque édition.
Si vous souhaitez une publication rapide, c'est probablement le magazine vers lequel vous devriez vous tourner.
Je le conseillerai même à tous pour une première publication déjà parce que leur formulaire en ligne est très simple, et d'autre part parce que vous trouverez forcément l'édition qui correspond à votre style :

- KAT CLUB pour une première publication par exemple. Des tenues plus simples, des décors moins élaborés ou de petites erreurs de styles sont tolérés. Mais pas le manque de technique attention !
- RETRO LOVELY (le classique) pour un set pin-up contemporain abouti et maîtrisé
- VENUS CULT pour un set alternatif, féérique ou gothique
- TABOO EDITION si votre pin-up dévoile un téton
- GODIVA consacré au boudoir ultra-glamour (Sugar Coat Company ainsi Nicola de My Boudoir et créatrice du mag Bombshell y sont régulièrement publiés, ça vous donne une idée du niveau requis).
CHICA BOOM est un petit nouveau, créé en 2020.
Il présente des photos fraîches et colorées, moins sexy, vous n'y trouverez pas de boudoir par exemple et assez peu de sous-vêtements dans l'ensemble.
Toutes les morphos sont vraiment mises en avant. Ce qui prime, c'est vraiment le côté féminin et pétillant du set.
Pas d'édition particulière, cependant leur concept d'un nouveau thème, chaque mois, est vraiment génial. Je trouve ce système de calendrier super ludique et fun ! Voici ce qui vous attend en 2022 !
Un seul point qui pourrait vous rebuter : chaque soumission doit être accompagnée d'une bio d'un minimum de 100 mots... En anglais forcément !
PINUP KULTURE, un classique !
Bref, ce magazine exige des photos de qualité et des mises en beauté soignée. Idéal pour un set rockabilly !
Ils font très attention à la luminosité et ne publient QUE DES PHOTOS EN COULEUR.
Pour avoir une chance de figurer sur leur couverture, la pose est très importante puisqu'il faudra qu'elle s'harmonise avec leur logo et surtout... Chez eux, un beau sourire est fortement recommandé. Et c'est leur team qui vote !
Montrez vos dents, mesdames !
DELICIOUS DOLLS a été créé en 2011, c'est le précurseur.
Vous n'y trouverez que de la pin-up moderne, extrêmement sexy et toute en couleur !
Votre set doit être composé d'un minimum de 5 photos accompagnées d'une courte bio du modèle (obligatoire sinon la soumission sera rejetée).
Ils mettent vraiment l'accent sur l'attitude pin-up avec des poses forcément aguicheuses tout en respectant les codes années 50... Hum. 
C'est ce qui est noté sur leur formulaire mais si on est parfaitement honnête, on est plus sur du très sexy avec une micro touche de rétro sur une composition contemporaine.
Les bas coutures et les fleurs dans les cheveux sont très appréciés. Une coiffure rétro parfaitement exécutée et une garde-robe de couleur vive peuvent totalement faire la différence pour espérer la couverture.
Et bien sûr, qualité de photos optimale EXIGÉE !
Si votre soumission ne passe pas, vous avez toujours la possibilité d'être republiée sur leur page après un partage de photo sur leur mur Facebook.
3 200 000 abonnés, c'est toujours bon pour la visibilité !
BOMBSHELL est probablement le magazine le plus connu et celui qui nous aura fait le plus rêver.
En tout cas, c'est mon cas. Étant une grande fan de Nicola Grimshaw-Mitchell, la photographe du studio My Boudoir, j'ai toujours considéré ses photos comme la perfection à atteindre.
Tout au long de mon parcours, je me suis énormément inspirée de son travail. Mon amie Dita Von Frite m'a d'ailleurs offert pour mon anniversaire, il y a 4 ans, son livre Secret Of The Boudoir que j'ai lu et relu dans l'espoir de créer les mêmes merveilles.
Alors quand elle a créé son propre magazine, j'ai vu ça comme un défi : mon travail devait y apparaître un jour !

Mais, ce n'est pas gagné d'avance. Une personne aussi talentueuse a forcément un certain niveau d'exigence. 

Voici la liste présente sur le formulaire :

OUI
Variété de tenues / looks
Attention au style / maquillage / coiffure vintage authentique
Montage propre avec un traitement de peau d'aspect professionnel
Arrière-plans rétro
Cheesecake/nudité coquine/fétichisme léger

NON
Gros plans de parties du corps
Mauvais travail en basse lumière / images granuleuses / floues
Mauvaise édition de peau (ou à l'aide d'un logiciel automatisé)
Tenues dépareillées et pas chères
Coiffure et maquillage amateur

Bon, déjà ça calme.
Je me permets de rajouter la suite concernant l'image de couverture.
"Les images de couverture sont choisies parmi les meilleures soumissions.
Nous réalisons pour chaque numéro un choix entre 2 et 8 couvertures différentes. De cette façon, nous pensons pouvoir donner à des photographes et modèles inconnus (mais exceptionnels), une chance d'embellir la couverture !
Nos critères pour une couverture sont TRÈS spécifiques, nous préférons des images claires qui sont soit la moitié du corps, soit le visage et les épaules, avec un post-traitement EXCEPTIONNEL.
Une édition de la peau imparfaite serait trop visible sur la couverture, elle sera donc refusée.
Nous aimons les images lumineuses et dramatiques très accrocheuses avec des cheveux et du maquillage vintage professionnels.
Les images prises en studio sont préférables aux prises de vue en extérieur, car l'arrière-plan est relativement épuré."


Voilà, Voilà.
​Bon, moi quand j'ai lu ça, je me suis dit : "Bon courage Angéline", mais purée je n'ai rien lâché et j'y ai cru jusqu'au bout !
Et j'espère que ce n'est pas la dernière en tant que pro ou amateur.
Mais juste après, une autre phrase m'interpelle, elle fait l'objet de la rubrique suivante.
5/ COMBIEN ?


Alors si on parle du nombre de photos, sachez qu'il est possible d'en livrer au minimum une (pour les feignasses) à 15 (pour ceux qui aiment bien en faire des caisses).
En étant raisonnable, le mieux est d'en envoyer entre 4 et 10. 

Vous ne serez jamais publié sur plus de 6 pages + 1 couverture sur une même édition. Soit l'utilisation de 7 photos.
Pensez donc que si vous en envoyez plus et qu'elles sont toutes utilisées, 3 ou 4 pourraient être publiées sur une même page, et donc en petit format,  c'est dommage.
Ne soumettez jamais plus de 2 photos en format paysage cela évitera aussi ce genre de souci. 

En revanche n'oubliez surtout pas de NE PAS CENTRER le modèle sur une photo horizontale afin qu'il ne soit pas au niveau de la reliure, vous anéantiriez la possibilité d'une double page super classe !

Jacquie Lynn par Spirit Of Vintage Photography pour Retro Lovely
Mais non, je ne parlais pas du nombre de page mais bien du prix. Quelque chose qui est encore bien trop tabou.
Forcément, cela ruine un peu la motivation à se lancer et la fierté d'y accéder.

Parce que tout s'achète, même sa photo sur un magazine.


Alors je ne vais pas détailler parce que j'en aurais pour une journée de plus à écrire cet article mais sachez que les deux tiers des magazines dont je vous ai parlé (et je pense sincèrement qu'il y en a beaucoup d'autres)
demandent des compensations financières pour vous garantir ou du moins vous donner l'avantage sur une publication.

Pour BOMBSHELL, il est donc stipulé :
Si vous souhaitez une couverture garantie, nous la facturerons 75 £. Soumettez de la manière habituelle puis envoyez vos 75 £ par PayPal.
Si nous estimons que votre ensemble d'images n'est pas tout à fait adapté à nos couvertures, celui-ci sera immédiatement remboursé.


Ok, certes, si ça ne convient pas, tu es remboursé super, mais... Si ma photo est sensationnelle et que je ne paye pas, sera-t-elle en couverture ?
Et si une personne ayant une moins jolie photo, mais qu'elle a payé, sera-t-elle donc privilégiée ?

Alors je suis la preuve vivante que oui, on peut obtenir une couverture sans payer. (et quel prix !!!? 100 balles pour ça faut être motivée ! Rajoute à ça le prix de 40€ pour le magazine, tu as dépensé la recette du shooting)
Mais forcément, il y a toujours le doute. Celui des personnes en face qui se demanderont si tu as payé, et tes propres doutes à te demander si ton travail à une réelle valeur au milieu de tous ceux qui ont payé pour avoir le même privilège.
RETRO LOVELY est un peu le champion en la matière !

Partages réseaux sociaux garantis : 25 $
4 pages garantis : 15 $
6 pages garantis : 25 $
critique  de couverture : 100 $

Alors attention, comme pour BOMBSHELL, aucune garantie d'apparaître en couverture même si on a bien compris que ça aidait fortement.
Au mieux, tu y es, au pire, tu reçois une critique détaillée dans les 24 h, non-remboursable donc il vaut mieux être sûr de soi.

Je me souviens d'une pin-up, il y a quelques années, qui se vantait auprès de tous d'être la première française en couverture d'un magazine international... Si nous avions su ça plus tôt.
Vous voyez que, tout de suite, ça met le doute !!



​C'est un peu comme ces concours de photos que l'on paye pour obtenir un badge. Ça donne un semblant d'importance sur le coup, mais ça n'apporte rien de réellement gratifiant.
Je trouve ça extrêmement dommage que cela se fasse, mais bon, ces magazines restent chers à l'impression et j'imagine que le nombre d'exemplaires vendus ne suffit pas à en faire une activité très lucrative.
Ce genre de magazine sera acheté par une poignée de collectionneurs, les modèles présents dessus, quelques membres de leur famille et parfois le photographe.
Perso, je n'ai pas les moyens d'acheter tous les magazines sur lesquels j'ai été publiée, ce ne serait pas rentable !
6/ JE L'AI FAIT !


Et voilà, vous êtes publiée !!!
Maintenant que le magazine est officiellement sorti, vous pouvez ENFIN dévoiler les photos ! J'imagine qu'il a été difficile de garder le secret tout ce temps...
Oui, mais quel dommage de ne pas pouvoir voir le contenu du magazine avant de le recevoir !
Pas de panique, la plupart des mags peut vous faire parvenir des "tear sheets", c'est-à-dire votre publication en digital sur simple demande par mail !
Ainsi, vous pourrez vous la péter totalement sur les réseaux, et vous auriez bien tort de vous en priver !

C'est votre moment, vous, qui êtes sortie de votre zone de confort en laissant tous vos complexes au placard, qui ressentez encore les courbatures tellement vous avez gainé pour rivaliser avec les plus grandes !
Oui, aujourd'hui, vous êtes une grande, et tout le monde peut à présent le constater !

Nul doute que la personne qui sera la plus fière, c'est le photographe qui vous aura mise en lumière. J'en sais quelque chose !

J'espère que ces conseils vous aideront à réaliser quelques rêves... 

"Parce que chaque femme mérite un jour d'être mise en valeur telle une star sur une couverture de magazine".

Angéline TheTrustMaker

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :