Les origines du Burlesque (partie 2) : du Burlesque du XXe siècle au Néo-Burlesque

La première star burlesque du 20e siècle est «The Girl in Blue», Millie DeLeon.
Elle hérite de ce surnom grâce à ses costumes lors de sa danse dite «cooch». Elle est également connue sous le nom de « première vraie reine du burlesque Américain », battant la scène en 1903.

Le strip-tease prend une place plus importante dans le burlesque des années 1920, lorsque le cinéma et la radio commencent à rivaliser avec l’attrait de vaudeville.
Mais à côté de ça, il y a plusieurs styles en compétition comme The Ziegfeld Follies et Theatre Owners Booking Association (TOBA) pour les artistes noirs.
La prohibition de l’alcool, cependant, contribue à alimenter l’attrait de tous ces divertissements risqués pour adultes.

C’est dans les années 20 que Hinda Wassau et Mae Dix affirment avoir inventé le strip-tease «accidentellement».
Quoi qu’il en soit, cette époque a conduit à l’essor du burlesque des années 30.

Parmi les stars de la scène figuraient l’inoubliable Joséphine Baker, l’innovante Sally Rand et la célèbre Gypsy Rose Lee.
On prétend qu’à cette époque, le burlesque est vraiment élevé au rang d’art, bien que les showgirls des années 40 soient rapidement confrontées à la censure et à la répression à New York qui étrangle le business.

Le phénomène des Pin-Up Girls évolue en grande partie grâce aux interprètes, actrices et mannequins burlesques créant des pubs photo pour se promouvoir. De ce fait, nous avons encore trop tendance à faire l’amalgame Pin-Up/burlesque.
Des danseuses burlesques de renom ont ensuite été séduites par les lumières vives d’Hollywood et vues au bras de personnalités célèbres et peu fréquentables.
À partir des années 1950, l’industrie subit un lent déclin jusqu’aux années 70.

Mais depuis les années 1990, le burlesque connait une résurgence dans un style comparativement chaste et vintage du strip-tease.
Le néo-burlesque rencontre un renouveau mondial avec des stars du burlesque comme Dita Von Teese, Miss Dirty Martini, Perle Noire et Immodesty Blaize pour n’en nommer que quelques-unes.

Jennie Lee, ancienne danseuse, collectionnait des souvenirs de l’industrie de la danse burlesque. Elle espérait ouvrir un musée pour soutenir d’anciens danseurs dans leur retraite. En raison de sa mauvaise santé, elle a fait appel à une amie et collègue, Dixie Evans. Malheureusement, Jennie Lee ne vécut pas assez longtemps pour voir son rêve devenir réalité mais Dixie Evans le poursuivit avec passion.
En 1990, cette dernière publie un communiqué de presse sur le tout nouveau concours Miss Exotic World, promettant la présence d’un public étoilé.
Bien sûr, tous les grands noms furent invités et cela attira l’attention qu’elle espérait.

Dans le désert californien fut organisé le premier concours Miss Exotic World. Il devint rapidement le pèlerinage annuel pour les danseurs burlesques du monde entier.

En 1994, une danseuse burlesque à la crinière de feu, Catherine D’Lish remporte le titre pour la deuxième fois (Ah je vous apprends un truc là !) Aujourd’hui, elle est connue pour la création de fabuleux deshabillés de style rétro.
Plus tard, Dita Von Teese avouera que le nom de cette rousse sur l’affiche l’avait dissuadé de s’inscrire, ne pouvant rivaliser.

Il n’est pas étonnant qu’elles soient devenues collaboratrices et amies proches depuis.

En 1995, Michelle Carr lance The Velvet Hammer Burlesque à Los Angeles : des spectacles à guichets fermés abritant une foule de talents, dont Kitten de Ville.
C’est à cette occasion que Dita Von Teese exécute sa première danse d’éventails en plumes, un regain d’intérêt pour les danses burlesques des années 1940.
En 2001, Lorelei Fuller crée le premier Tease-O-Rama à la Nouvelle-Orléans. Cela a introduit une nouvelle génération au Néo-Burlesque.
L’année d’après, le New York Burlesque Festival voit le jour, le London Burlesque Festival en 2007, ainsi que la soirée «Legends» du Burlesque Hall of Fame l’année suivante.
Parallèlement aux Jeux Olympiques, les premiers Jeux mondiaux burlesques ont lieu à Londres et constituent désormais un événement annuel.

Le monde entier en parle et se passionne !

Le néo-burlesque est une résurrection du style classique, tandis que Cheesecake Burlesque en démontre les aspects effrontés et décalés. Avec un certain degré de controverse, la pole dance a été incluse comme une de ses composantes.
Quel que soit le style, le burlesque est de retour avec toute son indignation, sa beauté, son flair et son piquant.
Les propositions de cours d’effeuillage fleurissent et les femmes du monde entier s’autorisent le rêve ultime de monter sur scène.
Des troupes naissent, des grandes capitales aux campagnes, et les compétitions burlesques suscitent un intérêt international.
De grands et petits spectacles sont organisés partout dans le monde.

Dita Von Teese nous a récemment annoncé sa pré-retraite, mais c’est avec des paillettes plein les yeux que nous pouvons découvrir cette nouvelle génération d’artistes de ce genre hors du commun et hors du temps.

The Trust Maker

Photo de couverture : Louise Poppylou

Publié par

Une réflexion au sujet de « Les origines du Burlesque (partie 2) : du Burlesque du XXe siècle au Néo-Burlesque »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :