Secrets d’alcôve du cinéma : « Cyd Charisse, les jambes qui valaient une fortune »

Dans notre quatrième Secrets d’alcôve du cinéma, nous allons aujourd’hui décortiquer pour vous un des monuments de la comédie musicale Tous en Scène!


Je sais que vous avez tous en tête l’image d’un cochon qui danse en tutu pailleté avec un déhanché à faire pâlir d’envie Fred Astaire, mais ce n’est pas de ce film-là dont il est question ici (oui, oui Minnie, j’ai bien compris la blague!), mais bien d’un des derniers chef-d’œuvres de l’âge d’or de la comédie musicale, sorti en 1953 avec Fred Astaire et Cyd Charisse.

Action !

Lumière !

That’s entertainement !

Number 1 : Une mise en abyme de comédie musicale

Vous le savez, qui dit Fred Astaire, dit danse et comédie musicale. On ne présente plus sa classe et son élégance lorsqu’il s’agit de faire tourbillonner les femmes les plus célèbres de son époque, de sa sœur Adèle

À l’inégalable Ginger Rogers

Fred Astaire est donc un roi de la comédie musicale. Tellement que le sujet du film lui-même est la comédie musicale. Le film est ce qu’on appelle une mise en abyme, une comédie musicale qui montre une comédie musicale si vous préférez!

L’histoire elle-même est d’ailleurs proche de la réalité: un acteur vieillissant Tony Hunter (Fred Astaire) a perdu toute son aura et se met en quête de son succès d’antan.
On voit bien d’ailleurs dans le film l’ambiance qui règne lors du montage du spectacle , comme du film d’ailleurs : un mélange d’excitation, de précipitation et modifications à tout va! Un bon film pour comprendre comment se monte un spectacle à Broadway!

Number 2 : Fred Astaire, roi de la danse !


Je sais que vous êtes nombreuses et nombreux à connaître Fred Astaire et son jeu de jambes si célèbre!

On peut aisément dire, sans trop se fourvoyer, qu’avec Gene Kelly, ils forment le meilleur duo de danse imaginable! Chacun dans son style, plus athlétique pour Gene, plus élégant pour Fred… Chacun son style, chacun son énergie, mais deux monstres au sommet!


J’avoue un petit faible pour Gene Kelly dans son énergie et son dynamisme, mais j’aurais tellement rêvé d’être une des partenaires de Fred Astaire! (… soupir…)

Il faut dire qu’il commence à danser dès son plus jeune âge en suivant sa sœur Adèle à ses cours de danse et la choisit d’ailleurs comme première partenaire. On peut les voir ici ensemble sur cette photo de 1906 où ils sont encore tous petits!

Ils danseront d’ailleurs ensemble pendant longtemps et quel duo!

Il danse ensuite avec de nombreuses partenaires comme Claire Luce ou encore Dorothy Stone. Grâce à lui, le cinéma musical fait deux grands bonds en avant: non seulement il est le premier à tourner ses scènes de danse en une seule prise avec une seule caméra en contre-plongée, mais c’est également lui qui réussit à intégrer réellement les scènes de danse à l’histoire elle-même afin de leur donner plus de sens. Un grand pas cinématographique!

S’ensuivront les plus grandes actrices à ses côtés…

Gingers Rogers bien sûr et le fameux Cheek to cheek


ou encore aux côtés de Rita Hayworth dans L’Amour vient en dansant.

Number 3 : les célèbres triplés !

Si vous avez vu le film, vous connaissez forcément le fameux numéro des « Triplets » ou Triplés en français. Et si vous ne l’avez pas vu, je vous conseille vivement d’y jeter un oeil par ICI !

Dans ce numéro, très drôle, les acteurs Fred Astaire, Nanette Fabray et Jack Buchanan sont habillés en bébé, et nous offrent un très joli numéro de chant et de danse.

Assis sur leur chaise bébé au début du numéro, ils chantent et chorégraphient quelques mouvements des bras et de la tête.
Puis ils finissent par se lever et à entamer quelques pas de danse ensemble.

Pas facile de danser de la sorte quand on est, en réalité, à genoux ! Hé oui, pendant toute la scène, les trois acteurs chantent et dansent à genoux. Aucun effet spécial ou fond vert à l’époque, on fait avec les moyens du bord! J’espère juste qu’ils avaient des genouillères…

Number 4 : Des jambes qui valaient cher, très cher même !

Beaucoup moins connue aujourd’hui que son homologue masculin, Cyd Charisse est pourtant une immense vedette de l’époque!

Cyd Charisse, c’est la grâce et la beauté face à l’élégance de Fred Astaire.

Cyd Charisse, c’est de grands films! Ziegfeld Follies ou Singing in the Rain, rien de moins!
Et surtout, Cyd Charisse c’est une paire de jambes qui a fait chavirer le tout Hollywood, et on ne peut pas les contredire!


Cyd Charisse commence la danse à 12 ans pour se soigner d’une polio qui l’affaiblit…

Elle rentre aux ballets russes de Monte-Carlo et finit par épouser son ancien professeur de danse, Nico Charisse, en 1939.



Elle s’illustre assez rapidement auprès des plus grands et se fait remarquer grâce à ses jambes interminables…

De la même façon que Lauren Bacall est surnommée « The Look » pour son regard,

Cyd Charisse devient, auprès des plus grands et du public, « The Legs », les jambes…

Comme on peut le voir sur les différentes affiches du film, ce sont elles, les vraies vedettes qui sont mises en avant!

Fred Astaire y apparaît, lui-même, à peine… La vraie star, c’est Cyd et ses gambettes!

Elle aurait même assuré ses jambes pour la bagatelle de 5 millions de dollars! Une somme colossale pour l’époque! Et on la comprend aisément!

Ainsi s’achève ce quatrième article de Secrets d’alcôve du cinéma , qui, je l’espère, vous aura plu!

Je vous dis à très vite, pour de nouveaux Secrets !

Luluseument vôtre!
Lulu Darling Poppins

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :