Style Pin-up moderne : la métamorphose d’une allergique au shopping

Je déteste aller faire les magasins. Le lèche-vitrine, les soldes, les cabines d’essayage, la musique trop forte… Tout cela me tape sur les nerfs. Pourtant, aujourd’hui, je construis avec plaisir une garde-robe rétro que j’adore. Comment en suis-je arrivée là ? Est-ce qu’on peut définir son style tout en abhorrant les boutiques de fast-fashion ? Découvrez-le à travers mon regard d’apprentie pin-up !

Question style, je reviens de loin… Passive et indifférente à la mode depuis que je suis née !

On dit souvent des adolescents qu’ils « se cherchent ». Me concernant, je n’ai même pas essayé. Je me rappelle un coup de cœur à l’époque : c’est un pantalon « pattes d’éléphant » gris en velours côtelé. Ma mère me disait bien qu’il ne m’allait pas, mais je le portais avec fierté ! Avec le recul, je le trouve horrible sur moi. Il faut dire que j’ai toujours été ronde, la coupe n’était donc pas flatteuse, et les poches étaient cousues bien bas sur les fesses… Vous voyez d’où je viens ?

La SEULE et unique pièce que j’appréciais, c’était le Levis 501 coupe droite : classique, bien coupé, durable. En fait, puisque le choix des fringues que je portais m’indifférait au plus haut point, c’est ma mère qui m’aidait toujours à choisir quand mes tops « casual » de chez Jennyfer, Camaïeu et C & A étaient usés jusqu’à la corde.

Style casual, Dublin 2012

L’expatriation et son challenge insoupçonné : comment s’habiller quand on n’aime pas le shopping ?

En 2012, j’ai décidé de m’expatrier. Ma maman était trop loin pour me traîner de force dans les magasins quand j’avais besoin de nouvelles pièces, alors j’ai dû prendre le taureau par les cornes.

Le style assumé des Irlandaises que je croisais m’avait prouvé que le regard des autres ne devait pas être un critère dans le choix de sa garde-robe ! Alors, je me suis acheté un perfecto, que je m’interdisais jusqu’alors, puisqu’il ne cachait pas mon derrière. Je me suis également trouvé une mini-robe noire absolument magnifique : coupe patineuse, le tissu en effet brocart. Mon premier vrai coup de cœur ! Je regrette encore de l’avoir donné à une association lors d’un tri avant de partir habiter dans mon prochain pays… Et de n’avoir que des photos floues de cette merveille !

Robe noire patineuse

Défi no7346 : mon déménagement dans un pays méditerranéen m’a obligée à me déshabiller

Les challenges vestimentaires qui m’attendaient à Malte étaient beaucoup plus ardus qu’en Irlande

Le climat chaud et humide m’obligeait à me défaire des couches de vêtements qui me protégeaient du jugement des autres. D’autre part, les magasins de fast-fashion sont très rares (pas de H & M, pas de New Look où je m’habillais en Irlande), j’ai dû m’adapter pour me rhabiller.

C’est à ce moment-là que la révolution s’est amorcée ! J’ai purement et simplement laissé tomber le pantalon, abandonné mes jeans stretch et commencé à mettre ma taille en valeur. Le shopping ne me plaisait pas plus, mais la robe patineuse et la robe maxi sont devenues mes must-have. En hiver, un legging et des bottines, le tour était joué !

D’ailleurs, j’ai trouvé une astuce imparable pour éviter les fameuses irritations à l’intérieur des cuisses par temps chaud et humide : les bandeaux « anti-chaffing » sont les meilleures inventions qui sauvent l’été des femmes voluptueuses, je vous le certifie ! En plus, l’effet « jarretelles » un peu coquin donne un boost de confiance en soi incroyable.

Incroyable mais vrai : un beau matin, j’ai pris plaisir à faire les magasins ! Qu’est-ce qui m’arrive ?

Le 4 mars 2017, coup de tête : je me sens belle et bien dans ma peau. Je décide d’aller faire du shopping, avec PLAISIR. J’ai acheté une robe noire à fleurs, un foulard et des sandales compensées rouges. Pour l’introvertie que j’étais, c’était un chamboulement sans nom !

Pourquoi je me rappelle de cette date avec autant de précision ? J’ai appris 3 jours après que j’étais enceinte ! Ce sentiment de plénitude était certainement dû aux hormones, mais ce jour m’a aussi ouvert les yeux pour de bon !

Le style pendant la grossesse ? FACILE ! J’ai acheté seulement quelques pièces pour vivre ma grossesse à l’aise sous la chaleur maltaise : une salopette-short, des collants de grossesse pour les jours frais, et une paire de sandales confortables. Inutile de dépenser des sommes folles, chaque robe longue bohème déjà dans mon armoire mettait assez en valeur ce ventre que j’adorais.

Style « grossesse »

Ma robe de mariée rétro sur mesure : sur le chemin de la réconciliation avec moi-même

Lorsque chacun a pris ses marques dans cette nouvelle petite famille, nous avons commencé avec mon fiancé, à organiser notre mariage pour septembre 2018… J’ai perdu mes kilos de grossesse (tout en restant ronde). Ne trouvant pas mon bonheur dans les boutiques spécialisées de Malte, j’ai décidé de faire faire MA robe sur-mesure, pour un budget de 250 € MAX. Impossible ? La preuve en images :

Ma robe de mariée rétro, confectionnée sur mesure…
…vue de dos.

Cette robe, c’est moi. J’ai trouvé une couturière qui au début me faisait un peu peur : elle me suggérait des fanfreluches dont je n’avais aucune envie. Je savais exactement ce que je voulais :

  • Une robe évasée de couleur crème, assez courte, élégante à la Jackie Kennedy, avec un tissu en style brocart (quand je vous dis que cette petite robe noire me manque !) ;
  • Des chaussures élégantes mais confortables ;
  • Un bibi, pas de voile ;
  • Une jolie pochette, pas de bouquet.

Petit à petit, nous avons affiné les options. Ma couturière m’a totalement cernée. Je l’ai compris quand nous sommes allées chercher le tissu ensemble, c’est elle qui l’a trouvé ! Pour l’anecdote, ce tissu était destiné à confectionner… Des rideaux. Je suis tombée sous le charme : lourd, aux motifs subtils, je suis tombée amoureuse de cette matière ! J’ai adoré son travail, elle avait pris le soin de mener des recherches dans ses beaux livres sur la mode des années 50.

Pour le bibi, j’ai galéré ! Je voulais un fascinator avec un mini-filet. Je l’ai trouvé, avec mon jupon, dans une boutique rétro-vintage de ma ville natale, pendant des vacances chez mes parents ! Le collier ? Etsy ! Les chaussures et le sac ? Ma nouvelle boutique en ligne de prédilection : Top Vintage.

Détail du bibi rétro

Style années 50 : la métamorphose radicale d’une introvertie

Je n’avais jamais autant ressemblé à moi-même que le jour de mon mariage. C’est là que j’ai SU que j’avais trouvé mon style. Mes vêtements et accessoires de mariée m’ont décidé à creuser mon nouveau style vestimentaire. Ma visite dans ce vintage shop de Tours, Victoryshop, où j’ai trouvé mon bibi, a été décisive. J’ai flashé sur une robe courte couleur pétrole avec des motifs « ancres » blancs. Je me suis offert le jupon qui allait avec. Après un temps d’adaptation où j’avais l’impression d’être « déguisée », je me suis sentie… Moi. Ma mère, heureuse que je me sente enfin à ma place dans mon total look, m’a offert une magnifique robe à pois blancs, je la porte actuellement avec mon jupon de mariée…

Et aujourd’hui, le look rétro des fifties, ça donne quoi dans ma garde-robe ?

Après 4 ans passés sous la chaleur écrasante de Malte, nous avons décidé de bouger. Direction : la Belgique ! Le froid sec, la chaleur de l’accueil belge… J’adore ! En 2019, je me suis offert deux tenues : une robe swing en simili tweed rose, et un ensemble bleu marine jupe swing et haut à col rond, assorti d’un boléro.

Ce sont mes deux tenues phares, et je conjugue ma jupe avec des chemises pour un effet rétro garanti ! Pour l’hiver, j’ai rangé mon vieux manteau noir qui m’a accompagné pendant 15 ans et j’ai craqué pour une pièce magnifique avec col en fausse fourrure. Je trouve qu’il donne une allure folle, et vous ? Ah ! J’ai failli oublier. Dernier changement en date : j’ai réalisé le rêve capillaire que j’avais depuis 15 ans : je suis devenue rousse !

Robe swing courte avec jupon

Aujourd’hui, au fur et à mesure de mon budget, je refais ma garde-robe… En rêvant qu’elle soit remplie de robes pinup swing colorées et élégantes. Je n’aurai jamais la silhouette d’Audrey Hepburn, mais je parviens enfin à m’habiller, même si c’est parfois dans la sélection « grande taille » d’une boutique en ligne.

Mes derniers coups de cœur dans le rayon rétro pin-up

J’ai aussi développé une mini passion pour les sacs à main originaux. Mon sac « hérisson » attire les regards partout où je vais. La marque Vendula London me donne envie de faire la collection complète de tous les « Shopfront » !

J’ai vu le Wool Shop l’an dernier, et je me suis promis de me l’offrir un jour… Je suis une accro au crochet, ce sac me définissait plus que jamais. ! Malheureusement, la collection a été arrêtée pour faire place aux nouveautés. Déçue, je surfe, accompagnée de mes derniers espoirs, sur Vinted…

« Sac Vendula London « Wool Shop ». État neuf ». La personne qui le vend est réactive. J’achète la pièce de mes rêves. Il est envoyé le jour-même. Quand je le reçois, je l’aime encore plus !

LE sac Vendula London Wool Shop !

Si j’ai longtemps détesté me looker, j’ai toujours adoré les chaussures. Et là, pour compléter ces nouvelles tenues, je me suis surprise à suivre de très près la marque Charlie Stone. J’ai la chance d’avoir des parents qui me connaissent bien : ils m’ont offert la paire de chaussures « Montpellier » pour mon anniversaire. Cette élégance, ce confort… Je ne m’arrêterai pas en si bon chemin !

Look d’une pin-up moderne et bien dans sa peau : c’est quoi la suite ?

J’ai appris à chérir mes formes, et j’assume ma féminité. Le plus bizarre, dans cette histoire, c’est qu’en tant qu’introvertie pure et dure, RIEN ne me fait plus plaisir que lorsque j’attire les regards grâce à mes tenues qui sortent un peu de l’ordinaire !

J’ai hâte d’acheter mes prochains jupons colorés, et d’enfin craquer pour la lingerie burlesque de Madame Von Teese… Mon prochain défi ? Voir si la jupe crayon me va aussi bien que la robe swing !

Je suis mes boutiques préférées sur Instagram : TopVintage, évidemment, Vendula London, Charlie Stone, Unique Vintage, Deadly Female… Mais je m’inspire aussi d’artistes telles que la divine Dita Von Frite, la très parisienne miss Alba Alabama, la légendaire Dita Von Teese, et ma concitoyenne La Baronne Athéna, évidemment ! Sur YouTube, j’admire la magnifique Jessica Kellgren-Fozard, et mon pin-up goal, c’est Christine Mc Connell.

Et vous, comment s’est développé votre style rétro glamour ? Quelle décennie vous définit le mieux ? La Mode vintage a tellement de facettes ! Avez-vous des suggestions de magasins pour pin-ups avec livraison rapide :D ?

Caroline François

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :