Dentelle un jour, dentelle toujours !

Hé la communauté, la rentrée s’est bien passée ? Une rentrée toute en beauté grâce aux nombreux conseils et articles du webzine, pensez à vous abonner !

Aujourd’hui, c’est avec un soupçon de romantisme que je vous propose un tout nouvel ornement : la dentelle. Romantique, ça oui ! Mais sexy aussi, vous n’êtes pas d’accord ? Allez, on sort son cahier, sa plus belle plume et on prends note (vous êtes les meilleurs élèves du webzine).

Chapitre 1: La dentelle dans l’histoire.

Il est difficile de réellement dater l’apparition de la dentelle et son lieu d’origine. Sa première esquisse daterait du 13e siècle où une broderie, faite à l’aiguille apparut en Orient. Elle portait le nom d’Epargne. Pour certains, la dentelle serait avant tout Flamande. C’est pourtant au 15e siècle, dans la région de Venise et plus précisément à Burano, qu’elle connut son apogée.

Portrait de jeune homme, XVIIe siècle, par Ferdinand Voet. Le col rabat est en gros point de Venise

Signe de richesse, la dentelle était exclusivement réservée au hommes. Il faudra attendre l’arrivée de Napoléon 1er pour que celle-ci soit entièrement réservée à l’usage féminin au 17e siècle. Et bien-sûr, nous pouvons aussi remercier Jean-Baptiste Colbert, ministre de Louis XIV, qui permit l’ouverture des premières manufactures en France au même siècle. Bon, nous sommes d’accord qu’à cette époque, la dentelle n’avait rien de sexy. Quoique … On continue !

Chapitre 2 : Sa confection

Au début, ces fils entrecroisés et de maille très fine en lin, soie, coton mais aussi d’argent et d’or portaient le nom de « Passementerie » (terme qui regroupe l’ensemble des productions en fil de toute nature utilisées en décoration vestimentaire).

C’est en 1539 que l’ornement fut appelé dentelle (petites dents). Il existe au moins 5 techniques de fabrication, aux fuseaux, à l’aiguille, à la main, au crochet, au point coupé et une petite sixième que les dentellière appellent : « frivolité à la navette ». À ces six méthodes, se rajoutent les spécificités régionales. Je vous rassure, nous n’allons pas faire dans la dentelle et je me contenterai de vous citer les différentes styles existants sans faire le tour de toutes les techniques de chaque région de France. Voici donc les différents styles de dentelles, la blonde, le chantilly, le cluny et la dentelle chimique. Représentant tour à tour, des fleurs, vases, formes géométriques, corbeille… Nous allons quand même parler de deux grandes régions où la dentelle a une place importante.

Dentelle aux fuseaux
Châle en dentelle de Chantilly, 1865.
Mantille en dentelle de Calais.

Chapitre 3: La dentelle aujourd’hui, la dentelle mécanique.

Deux belles régions ont su profiter du progrès et de l’arrivée de la machine pour faire évoluer la dentelle au 19e siècle, j’ai nommé les Hauts-de-France et l’Auvergne-Rhône-Alpes, si chères à mon coeur. Celles-ci comptent plus d’une vingtaine de manufactures dentelières, disposant d’une centaine d’employés et possèdent 100 à 150 métiers à tisser tournant jour et nuit. Ma dentelle préférée, la dentelle de Calais bien-sûr !

Robe en dentelle mécanique

En conclusion, la dentelle est aujourd’hui essentiellement considérée comme matière première dans l’industrie du vêtement et plus précisément dans les maisons de haute couture. Elle entre dans la composition de produits finis pour l’habillement, la lingerie et les bijoux mais également dans l’accessoire d’ameublement (napperons, rideaux, coussins…).

Napperon en dentelle de Cluny.

Et voilà les Pulpies, vous en savez un peu plus sur la confection de votre dentelle favorite. Et comme à l’accoutumée, je vous laisse avec une sélection shopping de la jolie Mademoiselle Poppy, toute nouvelle rédactrice chez Culture Pin-up.

À bientôt !

Betty

SELECTION SHOPPING SEPTEMBRE

ON NE FAIT PAS DANS LA DENTELLE !

Cette matière est d’une élégance féminine et raffinée, elle sublime les tenues, les finitions complexes rendent donc les vêtements précieux au vu de leur fragilité (il ne faudrait pas vous accrocher dans une porte vous risqueriez de tout ruiner !), mais reste une des plus belles matières pour concevoir un vêtement à mon goût.

Pour compléter l’article de Betty Marmelade, je vous ai sélectionné quelques petites merveilles !

SÉLECTION N°1 :

Bustier crop-top lace in peach & black VIXEN BY MICHELINE PITT : 57€
Flutter skirt lace in peach & black VIXEN BY MICHELINE PITT : 80€

SÉLECTION N°2 :

Southern Gothic Set
Bustier crop-top LA FEMME EN NOIR : 81€
Circle skirt lace LA FEMME EN NOIR : 130€

SÉLECTION N°3 :

Mourning dress black lace LA FEMME EN NOIR : 167€

Vos dessous ne seront pas en reste avec cet ensemble magnifique de la prêtresse herself Dita von Teese provenant de sa collection SEVERINE :

Soutien-gorge : 79.90€

String : 49.90€

Serre-taille – 79.90€

Vous voilà prêtes à jouer les veuves noires et les enchanteresses du glamour !

Cette sélection vous a plu ?

N’hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous !

Ghoul’ment vôtre,

Poppy

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :