Secrets d’alcôve du cinéma : Audrey sous toutes les coutures

Pour commencer cette nouvelle série d’articles: Secrets d’alcôve du cinéma, nous allons aujourd’hui, à la demande générale, nous intéresser à la grande, la magnifique, que dis-je! la plus que divine Audrey Hepburn dans le célébrissime Diamants sur Canapé.

Alors bien sûr, tout le monde connaît Audrey (oui, on est intimes, on s’appelle par nos prénoms!), sa grâce incomparable, son élégance naturelle, son cou si gracile… Mais connaissez-vous ses petits secrets bien gardés?? Car oui, Audrey Hepburn n’a pas (que) l’image parfaite et lisse qu’on lui connaît… Attention, potins!

  • Number 1: Audrey VS Marilyn

Audrey est certainement une des actrices les plus marquantes du Classic Hollywood qu’on appelle aussi l’Âge d’or d’Hollywood. C’est grâce à son rôle dans « Roman Holiday » (Vacances Romaines) suivi de l’Oscar de la meilleure actrice en 1954 pour ce rôle qu’elle sera propulsée star. Après de nombreux succès, le rôle cinématographique le plus emblématique d’Audrey sera celui de la mondaine new-yorkaise Holly Golightly dans « Breakfast at Tiffany’s », Diamants sur Canapé en 1961,rôle auquel elle n’était pas du tout destinée!

Hé oui! Saviez-vous qu’au départ, Truman Capote, auteur du roman dont est tiré le film, ne voulait pas d’Audrey qu’il jugeait trop ingénue… Il lui préférait une très grande actrice célèbre de l’époque, aussi blonde que sexy: Marilyn Monroe. Ce rôle était fait pour elle! Elle incarnerait à merveille cette femme fragile, qui fait payer ses services aux hommes.

Cependant, Marilyn, lassée des rôles de croqueuse d’homme, décline l’offre. C’est ainsi qu’ Audrey finit par incarner, avec la sensibilité, la naïveté et la grâce qu’on lui connaît, le plus grand rôle de sa vie! Merci Marilyn!

  • Number 2: une enfance loin d’être dorée

Petit focus sur un des plus grands rôles (hors cinéma) de la vie d’Audrey Hepburn: Audrey est née le 4 mai 1929 en Belgique, d’une mère Néerlandaise et d’un père Anglo-irlandais. Dès sa petite enfance, elle pratique la danse classique. Son père, sympathisant du régime nazi, quitte sa famille en 1935. Audrey est encore toute jeune.

Lorsque la guerre survient, elle se cache aux Pays-Bas où elle prend le nom de sa mère, moins dangereux pour elle, et devient Edda van Heemstra .

Pendant cette période de guerre, Audrey continue la danse au conservatoire d’Arnhem et elle commence à se consacrer au monde du spectacle. Mais la jeune Audrey ne se contente pas de préparer sa vie d’artiste, elle s’investit surtout dans la lutte contre les nazis en transportant des messages pour la Résistance ainsi qu’en montant des spectacles pour récolter des fonds pour soutenir les résistants. Malgré tout, son oncle et son cousin sont fusillés car considérés comme des « ennemis du Reich » et elle-même est raflée, mais réussit à s’enfuir.

Audrey vit proche d’Anne Franck, mais ne découvrira son existence que bien plus tard, en lisant son fameux Journal dans lequel, d’ailleurs, référence est faite à l’oncle d’Audrey qui a été fusillé. Pour toutes ces raisons, elle refusera , plus tard, d’incarner la jeune Anne Franck au cinéma car l’histoire la bouleverse trop.

Ce rôle de Résistante contre le parti nazi sera un des deux grands rôles qu’elle assumera durant sa vie de femme, hors caméra. Elle luttera plus tard au côté de l’UNICEF, en tant qu’ambassadrice, pour aider les enfants. Audrey au grand coeur!

  • Number 3: Holly Golightly, une hors-la-loi?

Un des grands sujets abordés dans Diamants sur Canapé est l’émancipation de la femme. Si, si! N’oublions pas que dans ce film, Holly y pratique le plus vieux métier du monde, en toute liberté, ce qui est formellement interdit au USA…

À l’époque, le Code Hayes régule et censure les représentations de la sexualité à l’écran. Et on ne plaisante pas avec le très strict et très moral Code! En matière de nudité, de sexualité et de mariage, le code est intransigeant. Une scène figurant des personnages « amoraux », une prostituée ou un gigolo, par exemple, ne peut apparaître à l’écran.

Le sujet est donc traité tout en finesse dans Diamants sur Canapé. Rien n’est montré, tout est suggéré, et pourtant, la liberté sexuelle d’Holly est bien réelle, mais abordée en douceur grâce au talent d’Audrey!

  • Number 4: What?? A president??

Et voici maintenant, notre dernier secret de cette série consacrée à Audrey Hepburn et à Diamants sur Canapé!

Outre l’affiche de Diamants sur Canapé qu’elle se sont disputées, il semble qu’il y ait un autre point commun (de taille) entre Audrey Hepburn et Marilyn Monroe. En effet, selon l’auteur Christopher Andersen, dans la nouvelle version de son livre Jack and Jackie: Portrait of an American Marriage, JFK aurait eu une liaison avec Audrey avant d’être président, lorsqu’il était encore sénateur du Massachusetts, dans les années 50.

Cette relation n’aura duré que quelques mois, mais il sera resté une certaine tendresse entre les anciens amants puisque c’est Audrey qui, à l’instar de Marilyn, chantera le fameux « Happy Birthday » au président en 1963 pour son (dernier) anniversaire.

Ainsi s’achève ce premier article de Secrets d’alcôve du cinéma , qui, je l’espère, vous aura plu!

Je ne pouvais cependant pas vous quitter sans une dernière photo d’Audrey, dans son illustre et sublime robe (ma préférée) signée Givenchy!

À très vite, pour de nouveaux Secrets d’alcôve du cinéma !

Lulusement vôtre!

Lulu Darling Poppins

Publié par

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :