Mademoiselle Gisèle

Le bas nylon

Le bas nylon, son histoire, une couture non pas « esthétique », mais technique.

Explication :

Sorti d’une entreprise de chimie portant le nom bien franchouillard de Du Pont de Nemours se consacrant jusqu’alors à la fabrication de poudre à canon, décide de se pencher sur la composition des polymères dans le but de produire de la soie synthétique.

Le directeur du groupe de chimie organique est un dénommé Wallace Carothers. Un beau jour de l’année 1935, alors sur le point de tout abandonner, il s’amuse avec une boule de polymère, l’étire tant qu’il parvient à former un fil. Chose incroyable, plus il étire le fil et plus celui-ci gagne en résistance et en douceur au toucher. Il pense obtenir le Nobel, mais il reste sur la touche, persuadé qu’il ne vaut rien il décide de quitter ce monde.

Wallace n’ayant pas pris le temps de nommer sa découverte, son équipe de chimistes décide de trouver un nom à ce nouveau tissu que la firme DuPont a hâte de commercialiser. Ce sera NYLON, un acronyme formé des initiales des prénoms de leurs épouses : Nancy, Yvonne, Louella, Olivia et Nina.

La première mise en vente eu lieu le 24 octobre 1939, dans le Delaware, où se trouve le siège social de l’entreprise DuPont. En 3 heures, 4 000 paires sont vendues. Comme il n’y en a pas pour tout le monde, les magasins sont obligés d’imposer, un quota de trois paires par femme, obligeant les acheteuses à présenter un justificatif de domicile pour pouvoir se fournir. La vente s’ouvre à toute l’Amérique le 15 mai 1940, c’est la ruée. A New York, 72 000 paires sont vendues en 6 heures, soit 200 paires à la minute. Il devient indispensable à la femme américaine. Ils coûtent bien moins cher que les bas de soie et sont plus solides et raccommodable à l’aide d’un crochet fin (le remailleur de bas) et attendre de longs mois avant de les jeter.

La Seconde Guerre mondiale éclate, et les entreprises fabriquant les bas nylons se voient contraintes d’employer le formidable tissu pour confectionner des parachutes et autres équipements militaires. DuPont se remet donc à fournir des explosifs et de l’armement en masse pour subvenir aux besoins des troupes et les femmes assistent impuissantes à une pénurie générale de bas nylon. A noter qu’une production fonctionnera au ralenti afin de vêtir les gambettes des auxiliaires féminines engagées dans le conflit.

Pourquoi donc une couture simplement parce que les machines jusqu’en 1955 étaient incapables de tricoter une jambe d’un seul tenant tricoté au bout, et donc la fameuse couture.

Trixie Pearl

Relecture : Lady Honey Doll

Photo de couverture Mademoiselle Gisèle par Lady Fifty Bird

Publié par

2 réponses sur « Le bas nylon »

  1. Bonjour, bel article sur l’histoire du bas nylon, pour compléter vos propos, les bas sont fabriqués à plat avec la forme des courbes (pied,cheville,mollet,cuisse) de la jambe. Pour les finir, ils sont repliés et cousus d’où la couture arrière.

    Pour des explications visuelles : https://www.youtube.com/watch?v=PP6cp2ihmH8

    CERVIN et GIO produisent des bas nylon authentiques à couture (dit fully fashioned)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :