Ryan Heshka, Femmes Fatales, Vilaines Filles, Art et conscience.

Quand Ryan Heshka a accepté de répondre à mes questions, au début, je n’y ai pas cru. Quelques jours après avoir envoyé mes questions, je recevais ses réponses.

J’avoue que je n’y crois toujours pas. C’est un artiste que j’admire et qui a contribué à aiguiser la façon dont j’aborde ma féminité dans un monde où il est parfois difficile de respirer quand on se sent différent(e)s.

Si vous ne le connaissez pas déjà, je vous invite évidemment à vous intéresser à cet artiste. Servez-vous un thé (ne faites pas bouillir l’eau ça tue les arômes) et dégustez.

J’ai choisi de garder la version anglaise et d’ajouter une proposition de traduction en français pour satisfaire le maximum de lecteurs, lectrices.

Bonne lecture, Dita

1- Hi Ryan, may you introduce yourself to the readers of PUL&P (PinUp Lifestyle and Photographs)?

My name is Ryan Heshka and I’ve been a professional artist and illustrator for 20 years, although I have been drawing all my life. Prior to art I worked in interior design and animation, which has greatly informed my art making. In addition, my influences include old comic books, pulp magazines, old films and movie posters, and the natural world.

1- Bonjour Ryan, pourrais-tu te présenter à nos lecteurs et lectrices?

Mon nom est Ryan Heshka et je suis artiste et illustrateur depuis 20 ans. J’ai dessiné toute ma vie. Avant d’être artiste, j’ai été architecte d’intérieur et j’ai également travaillé dans l’animation, ce qui a fortement influencé mon processus de création. Mes influences vont des vieux comics au PULP magazines, en passant par les vieux films, les posters de ces derniers et la nature.

2- How would you describe your work to someone who wasn’t seen it before?

My work draws heavily and unapologetically from the past art forms mentioned above. I approach many of my paintings as if they were comic panels or lost pulp covers ripped from old magazines and rediscovered out of their original context. There is an elusive narrative to the imagery, and I try to allow the viewer to come up with their own story or meaning for the images. More and more I draw from real life as well as images from my dream.

2- Comment décrirais-tu ton travail à quelqu’un qui ne l’aurait jamais vu auparavant?

Mon travail s’inspire fortement et sans complexe de formes d’art que je viens de citer. J’aborde mes peintures comme si elles étaient de morceaux de comics ou de couvertures perdues de PULP arrachées de vieux magazines et redécouvertes plus tard en dehors de leur contexte original. Il y a une narration insaisissable dans l’imagerie, et j’essaie de permettre au spectateur d’observer mes images en lui laissant la possibilité de créer sa propre histoire et d’avoir sa propre interprétation. Je m’inspire de plus en plus de la vie réelle mais aussi des impressions que mes rêves me laissent.

3-What PULP means to you?

Over the years I have distilled down the essence of pulp in my art. I used to take very literal inspiration from old pulp magazines and comics, focusing on sci fi, pin-up/cheesecake, that kind of stuff. But as I have consciously tried to leave direct influences behind, what remains is (for me) the heart of pulp: unpolished, raw, coarse, not always PC, and an energy throbbing below the surface of the paint. Whatever the subject is, it needs to somehow hit you in the gut or the mind.

3- PULP qu’est ce que cela signifie à tes yeux?

Au fil des années, j’ai distillé l’essence des PULP dans mon art. J’ai pris l’habitude d’avoir une inspiration directe des vieux PULP magazines et des comics en me concentrant sur la science fiction, le côté PinUp Cheesecake, et ce genre de choses. Mais comme j’ai consciemment tenté de laisser ces influences derrière moi, ce qui restel’essence même des PULP c’est le côté mal dégrossi, brut, rugueux, et une énergie palpitant sous la surface de la peinture. Peu importe le sujet, il faut d’une manière ou d’une autre que cela vous prenne aux tripes ou à la tête.

4-Which artists inspire you for your art?

There are MANY. But my top picks are Frank R. Paul, the godfather of sci fi pulp art. He did many iconic covers for Amazing Stories and almost single handedly defined the look of sci fi. I am a huge David Lynch fan, particularly his film and sound work. For comics, I have always been a rabid fan of Basil Wolverton, Bill Everett, Jack Kirby and Tarpe Mills (a pioneer female comic artist). Surrealist painters like Salvador Dali, Yves Tanguy and Neo Rauch and the new Leipzig school (especially Kristina Schuldt) have shaped the way I see art. Some of the artists that really got me painting were the first wave of lowbrow artists, like Camille Rose Garcia, Mark Ryden, the Clayton Brothers, Gary Baseman, etc. 

4- Quels artistes t’ont influencés?

Il y en a TELLEMENT. Mais les principaux sont Frank R. Paul, le père spirituel des magazines PULP de science fiction. Il a fait tant de couvertures légendaires pour Amazing Stories (38 entre avril 1926 et juin 1929) et à créer le genre presque à lui tout seul. Je suis également un grand fan de David Lynch, en particulier ses films et ses bandes sons. Pour ce qui est des comics, j’ai toujours été un fanatique de Basil Wolverton, Bill Everett, Jack Kirby et Trape Mills (une femme pionnière dans le genre). Les peintres surréalistes comme Salvador Dalì, Yves Tanguy et Neo Rauch et la nouvelle école de Leipzig (en particulier Kristina Schuldt) ont formé ma vision de l’art. Certains des artistes qui m’ont poussés à m’investir dans la peinture font partie de la première vague du Lowbrow Art. Je pourrais citer Camille Rose Garcia, Mark Ryden, the Clayton Brothers, Gary Baseman et tant d’autres.

5-What is the Mean Girls Club? 

The Mean Girls Club started out as a single sketch, then a painting, then a comic and art installation, and has kept on expanding beyond what I had initially imagined. Essentially it is a girl gang, set in a 1950s type world, who have abandoned all social norms and systems in order to live out their wildest selves. It is really about rejecting patriarchy, authority, and the way humans live their lives as sheep, just blindly following along. It takes the imagery of the typical standard of female beauty in the 1950s and subverts it, turning the stereotypical housewife of the era on her head.

5- le Mean Girl Club, c’est quoi? Littéralement le club des vilaines filles dans le sens caïd.

Le Mean Girl Club au départ c’était une simple esquisse, puis une peinture, puis un comic et une installation artistique et son expansion a continué au delà de ce que j’avais imaginé initialement. En substance, c’est un gang de filles, dans un monde typique des années 50, qui ont abandonnées toute norme sociale pour vivre leur moi le plus sauvage. Cela parle du rejet du patriarcat, de l’autorité, et du fait que les humains vivent leur vie comme des moutons, suivant aveuglement ce qu’on leur dit de faire… Il reprend les standards de la beauté des années 50 en les détournant en mettant la stéréotype de la femme au foyer la tête à l’envers.

6-Femme Fatales are really important in your work, am I wrong? Can you tell us why? 

That is correct. My work has long been associated with the Femme Fatale (my monograph is in fact titled “FATALES”). I have always liked the genre of pin up art, of old Hollywood glamour, but found that it was not enough for me to merely recreate this imagery verbatim. So I started injecting more subversive strength, more mystery and weirdness into my female subjects. The women went from damsels in distress to damsels INFLICTING distress. This evolution was part of me trying to leave the direct influences behind and create my own voice.

6- les Femmes Fatales jouent un rôle clef dans ton oeuvre, je me trompe? Peux-tu nous dire, pourquoi?

C’est exact. Mon travail a longtemps était associé aux Femme Fatale (Le titre de ma monographie est même FATALES). J’ai toujours adoré l’art pin up, ce bon vieux glamour Hollywoodien mais je trouvais que ce n’était pas assez pour recréer littéralement cette imagerie. Ainsi, j’ai commencé à injecter plus de forces subversives, plus de mystère, plus de bizarrerie dans mes personnages féminins. Les femmes sont passées de demoiselle en détresse à demoiselle infligeant la détresse. Cette évolution c’est aussi une part de moi essayant de me défaire de mes influences pour créer ma propre voix.

 

7-May you tell us more about your collaboration with Micheline Pitt?

I can’t recall exactly, but I believe I approached Micheline about doing a collaboration with her clothing line, VIXEN, and the Mean Girls Club. Being her brand, she really took my artwork from the comic and graphic novel and ran with it, creating original, wearable Mean Girls Club clothing. This includes not only clothing that is directly modeled on the fashions in the comics, but also clothing with patterned fabric from the comic book art. It has been exciting to see people wearing my artwork, and in many cases, becoming new Mean Girls Club characters themselves.

7- Peux-tu nous en dire plus au sujet de ta collaboration avec Micheline Pitt?

Je me souviens pas exactement mais il me semble que j’ai demandé à Micheline si elle était partante pour une collaboration avec sa ligne de vêtement Vixen X Mean Girls Club. Elle a ainsi créé des vêtements portables à partir du comics. Elle s’est inspiré des vêtements portés par mes personnages mais a aussi créé d’autres vêtements en concevant des imprimés issus de mes dessins. C’est fabuleux de voir des gens porter mes designs, et dans la plupart des cas devenir ellesmêmes des personnages du Mean Girls Club.

8-And last but not least what do you have lined up this year?

At the moment, I am painting a solo show for the Corey Helford Gallery (LA). The show will be comprised half of new paintings and drawings, and half of the original art from the Mean Girls Club: Pink Dawn graphic novel. As well, I will be launching my new self-published comic, FROG WIFE, at the show. Frog Wife is my latest femme fatale, and mutant siren for a new age of eco-crisis and toxic masculinity.

8– Et pour conclure, qu’elle est ton actu à venir?

En ce moment je peins pour une expo pour la galerie Corey Helford à Los Angeles. L’expo comprendra une moitié de nouvelles peintures et dessins et une autre moitié de dessins originaux du Mean Girls Club: Pink Dawn graphic novel. Je vais également lancer mon nouveau comics FROG WIFE lors de cette expo. FROG WIFE est ma toute dernière femme fatale, une sirène mutante dans une ère de crise écologique et de masculinité toxique.

Pour en savoir plus www.ryanheshka.com et pour incarner une Mean Girl rendez-vous sur le site de Vixen By Micheline Pitt.

crédit photo de couverture Pepe Miguel: vêtements Vixen By Micheline Pitt, comics Ryan Heshka, lunettes Au Boudoir Froufrou.

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :