Kiss Me Deadly une marque de lingerie pour toutes les morphologies

Hello les Pulpies ! C’est Lily Bellule.

Depuis quelques temps, j’avais dans l’idée de vous parler d’une marque de lingerie que j’avais découverte lorsque que je vivais au Royaume-Uni et que j’aime beaucoup car on y trouve de la lingerie pour toutes les morphologies ! Pour ce faire, j’ai eu l’envie de partir à la rencontre de sa créatrice, Catherine Clavering, qui a accepté avec joie que je l’interviewe et qui vous a même réservé une SURPRISE ! #bonplan

 Bonjour Catherine, tu es la créatrice de l’une des marques de lingerie rétro les plus connues de Grande-Bretagne, qui est derrière Kiss Me Deadly et comment as-tu atterri là ?

 KMD (Kiss Me Deadly) est largement arrivé parce que je procrastinais productivement à écrire ma thèse (Le moment pudique ; une analyse du discours Foucauldien d’entretiens réalisées avec des femmes à propos de leurs vulves ») tout en développant une ligne de lingerie pour l’entreprise de mon compagnon d’alors. Mais son collaborateur a décidé qu’ils voulaient aller dans « une autre direction ». J’ai dit beaucoup de jurons, fini ma dissertation et j’ai réfléchi au fait que si tu mets au point beaucoup de prototypes avec une usine mais que tu n’en commandes jamais aucun en série, ils ne retravailleront jamais avec toi. J’ai pensé « Fuck it! Est-ce que c’est vraiment si difficile que ça? » et j’ai décidé de recommencer en solo.

 Comment as-tu choisi le nom de la marque ? Y-a-t’il un lien avec le polar de Mickey Spillane ?

 Je recherchais quelque chose qui évoque les années 50 et qui soit suffisamment unique pour être sûre d’avoir le nom de domaine – ce qui était déjà compliqué en 2004 ! Ma mère a suggéré les films des années 50, fondamentalement je lui en veux ! Mais oui, cela vient de la nouvelle de Mickey Spillane qui a été adaptée au cinéma, et non de la chanson de Lita Ford. Ça ne m’est pas venu à l’idée sur le moment que ça n’avait aucun sens dans les autres langues (en français le titre est « En quatrième vitesse »).

 Es-tu le designer de toutes ces magnifiques toillettes? D’où vient ton inspiration ?

 Il y a un mythe dans l’industrie de la mode : celui du génie créatif capable de produire des créations incroyables à lui tout seul. C’est un non-sens absolu.

En réalité, presque toutes les créations sont le résultat d’un travail d’équipe : leader creatif, coupeurs textile, techniciens en habillement… Chaque personne participant à leur fabrication y contribue. Pour KMD, les membres de l’équipe évoluent régulièrement mais crucialement, contrairement à d’autres marques, nous consultons régulièrement nos clients et nos fans durant le processus.

Chez nous, l’inspiration peut venir de vêtements vintage, de photos d’époque, de n’importe quelle personne de l’équipe, de l’experience de l’usine, des suggestions des clients, de partout. Mais au final tout doit passer par moi et être en accord avec ma vision de la marque et ce qui semble être raisonablement vendable comparé aux récentes statistiques : ce qui compte c’est de pouvoir payer les factures, la splendeur est un effet secondaire.

 Comment choisis-tu les tissus et les matériaux ?

« Qu’est ce qui est disponible chez le fournisseur ? »

Encore une fois, il y a un mythe à propos des personnes qui partent à la recherche du tissus qui correspondra à leur vision. Cela n’arrive qu’en haute couture.

En réalité, les petites marques comme nous regardent d’abord quels tissus sont disponibles et dans notre budget et après travaillent le design en fonction de ça. De même, en terme de composants, il n’y a par exemple que 6 formes d’armatures commercialement disponibles pour les petites et moyennes entreprises. De ce fait, les designs doivent fonctionner avec eux et de préférence avec le minimum possible d’entre eux car tu ne veux pas avoir à dépenser de l’argent pour pouvoir tous les stocker.

Il y a des tissus pour lesquels on garde un moment parce qu’ils fonctionnent avec plusieurs designs. Il s’agit de la maille, du power net, du satin et de la soie (de préférence stretch) mais aussi la dentelle et actuellement les broderies.

 Quelle est la chose que tu aimes le plus dans ton travail ?

Quand on peut rapidement payer les factures et voir nos clients être satisfaits de nos produits quand ils les portent.

 T’attendais-tu à ce succès quand tu as lancé la marque en 2006 ? De quoi es-tu la plus fière depuis le lancement de KMD ?

La plus grande raison pour laquelle j’ai lancé la marque est que j’étais bien trop malade pour travailler comme psychologue, ce qui fût très frustrant car je suis à la fois très qualifiée et possède beaucoup d’expérience dans ce domaine. Je cherchais un travail qui fonctionne avec les besoins de mon handicap, soit intéressant et me permette de ne pas avoir affaire à l’horrible système du gouvernement britannique envers les personnes en situation de handicap comme moi. Les Nations-Unies ont évalué le Royaume-Uni comme étant en violation avec les droits de l’Homme vis-à-vis de ses citoyens en situation de handicap.

J’ai été très chanceuse en terme de timing, les choses qui ont fonctionné pour nous à l’époque ne le pourraient plus dans le marché actuel et survivre aussi longtemps relève du miracle. Mais ce que je préfère, c’est que finalement je peux toujours aider concernant les maladies mentales : Je n’avais aucune idée que publier de belles images avec des problématiques de santé sérieuses et cachées aurait un impact si fort ou qu’un ensemble de l’ingerie pouvait signifier tellement pour quelqu’un en voie de guérison d’un cancer par exemple.

Tous les jours, je suis reconnaissante envers les clients et les fans qui nous font savoir que, pour eux, on fait la différence.

 J’ai lu qu’à cette époque tu étais à la recherche de la gaine-porte-jaretelle parfaite. Comment devrait-elle être selon toi ?

Personnellement c’est une gaine à enfiler. Je suis assez petite et potelée, elles m’arrivent donc sous la poitrine et restent mieux en place qu’un porte-jaretelle d’autant plus que mes mains ne fonctionnent pas toujours assez bien pour attacher les crochets.

 Quelle est la pièce la plus importante dans la garderobe d’une femme ?

Le genre est une construction sociale et je rejette la notion qu’un élèment est essentiel sauf pour des raisons environnementales.

Tu peux peut-être considérer quel type de chaussure est essentiel pour piétiner le patriarcat ?

 Que peut-on trouver dans ta garde-robe ? As-tu un look vintage ?

Juste une garde-robe?! D’une manière générale, je peux les classer en plusieurs groupes :

Les choses de tous les jours, que je peux enfiler même si mes muscles ne fonctionnent pas très bien, qu’ils sont faibles et douloureux. Je ne peux pas porter de vêtement près de la peau de mes parties génitales car elle est fragile à cause d’une sclerose lichen. J’ai donc beaucoup de vêtements d’intérieur.

Des vêtements de soirée totalement ridicules.

Des choses pour montrer la lingerie.

Et des combinaisons de l’espace.

Personnellement, j’adore changer de look, mais tu sais, tu fais ce qui fonctionne pour toi.

 Tes modèles ont toutes des morphologies et des origines différentes, est-ce un moyen pour toi de promouvoir la diversité dans la communauté pinup ?

Il y a des raisons pour lesquelles c’est mieux d’avoir des modèles de tailles standards mais cela a toujours été ennuyeux et mauvais pour la santé mentale des gens. Le plus nous pouvons nous en éloigner et travailler avec des personnes parce qu’elles sont intéressantes, le mieux c’est. Certaines personnes pensent que c’est essentiel pour les marques de dire que tout le monde est beau, mais pourquoi ne pas évoluer et dire que ta valeur en tant que personne n’a rien à voir avec ce à quoi tu ressembles ?

 Quelle est la prochaine étape pour la marque ?

Survivre à cette merde qu’est le Brexit !

TADAM Le bon plan!!!

Merci beaucoup à Catherine d’avoir accepté et pris le temps de répondre à mes questions. Et comme elle est super sympa malgré son humour grinçant que j’adore, elle vous offre 20% de réduction sur son site Www.kissmedeadly.co.uk sur votre première commande avec le code LILY20.

Alors vous allez craquer sur quoi ?

Moi j’adore l’ensemble Emeline avec le porte-jaretelle et j’ai un gros faible pour le corset Louisa !

Et si vous voulez restez glamour à la maison, je vous conseil le combishort Black Cherrie Teddy et la robe de chambre Leonie : glamour et tellement confortable ! Je sais de quoi je parle et Dita ne dira pas le contraire !

À bientôt Lily Bellule

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :