The PinUp Abroad élégance et voyage

C’est le moment de s’évader avec la jolie Aline! Carmen Fifties est partie à sa rencontre. En plus d’avoir un super look c’est aussi une grande voyageuse qui ne cesse de bouger à travers le globe. Aujourd’hui, nous allons plus particulièrement parler de son look lorsqu’elle est sur la route.

Est-ce que tu pourrais te présenter en quelques mots?

Je suis Aline AKA Ava Adler, jeune française originaire d’un petit village auvergnat et qui a adopté le mode de vie nomade. C’est à dire que je vais de pays en pays, que mon sac à dos est ma maison. Je reste plusieurs mois dans chaque pays pour m’imprégner de l’atmosphère du pays, des habitudes des locaux.

Je suis surtout restée en Asie et je viens à peine de rentrer d’un an en Australie.

J’ai eu le virus du voyage par mes parents qui ont beaucoup voyagé avant de fonder une famille. Ma maison est entourée de drapeaux de prières tibétains, de photos des voyages de leur jeunesse et toute petite on me montait des films tournés aux quatres coins du monde. Je suis partie à Londres en solo à 18 ans tout pile puis j’ai vécu en Irlande et Irlande du Nord pendant presque 3 ans avant de quitter l’Europe.

La chose qui me différencie des milliers d’autres jeunes qui parcourent le monde avec un sac à dos c’est que je travaille sur la route (depuis mon ordinateur) et que je voyage en gardant mon style rétro/vintage. Je tiens un blog depuis 2016 où je parle de voyage et de style vintage (j’ai des tas d’idées d’articles mais il est difficile de trouver le temps de tout écrire). J’anime aussi une communauté FB de filles qui voyagent et qui aiment la mode vintage/rétro. L’écriture me passionne ainsi que les cultures, je rêve de pouvoir être reporter et devenir médiatrice entre différentes cultures.

Est-ce que tu as des projets futurs, des rêves ou des destinations envisagées?

J’ai dû malheureusement rentrer en France me faire opérer après un petit accident en Australie. J’annule donc mes plans pour Bali, la Californie, la Nouvelle-Zélande et le Népal. Ce sera l’occasion de voir les copin-ups et de passer les fêtes en famille.

Je compte bien repartir de plus belle dans l’Himalaya une fois rétablie. J’aimerai établir un point de chute permanent à Katmandou car j’ai beaucoup d’amis au Népal et au nord de l’Inde. L’Himalaya est devenu une drogue, je suffoque quand je suis trop loin des montagnes ! J’aimerais aussi explorer l’asie centrale, je rêve de chevaucher en Mongolie, au Kazakhstan et au Kirghizistan.

Enfin, après avoir réaliser mon rêve de voir l’Everest, de rencontrer le Dalaï Lama, je souhaite aller au Bhoutan mais l’accès au touristes est cher et restreint.

Enfin, si par hasard je me marie un jour, je rêve d’une lune de miel à bord de la classe luxe du Transsibérien en plein hiver. La Russie à la Chine, le rêve !

En compagnie de Jiji L’Amorosa

D’où te vient ta passion pour le vintage et les pin’up et comment le vis-tu lors de tes différents voyages?

Ma passion pour le vintage remonte à mon adolescence. Je ne sais pas exactement d’où elle est venue car les pin-ups ne courraient pas les rues dans mon petit village auvergnat.

J’ai toujours adoré l’esthétique presque irréelle des stars de l’âge d’or d’Hollywood.

Ce style reflète ma personnalité et fait partie intégrante de ma personne mais je dois avouer que pour mon premier voyage je n’avais prévu que des vêtements confortables, spécial backpacker.

Autant vous dire qu’en une semaine, j’écumais les marchés de l’Inde à la rechercche de robes et d’accessoires un peu plus glamour. J’avais l’impression d’être déguisée en portant que des habits de marque d’aventure.

Comme je voyage dorénavant au long cours, je suis devenue experte pour trouver des pièces à la fois vintage et qui voyagent bien.

Je cherche des pièces qui couvre les épaules et les genoux pour les pays conservateurs dans des tissus qui ne froissent pas et facile à laver à la main.

C’est un défi mais je crois qu’après deux ans et demi j’ai enfin trouvé une garde-robe capsule qui m’accompagne aussi bien pour sortir dans un bar branché de Melbourne que pour aller gambader dans l’Himalaya. J’ai aussi une large pochette avec du maquillage et des accessoires qui aident beaucoup à donner une touche rétro/glamour à certaines tenues.

J’ai droit à des regards interrogés et des critiques de la part d’autres touristes occidentaux mais souvent les locaux ( dans les coins les plus reculés) sont intrigués par mon style et cela permet de briser la glace. Les femmes aiment voir comment d’autres femme prennent soin d’elles. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai dû faire des victory rolls à des petites filles, leurs grandes soeurs et même leur grand-mères.

Comment as-tu sauté le pas et tout quitter en france et qu’est ce que cela t’apporte de voyager?

Je n’ai jamais vraiment eu cette impression de sauter le pas lors de mes premiers voyages en solos à 18 ans en Europe. J’ai toujours voulu vivre à l’étranger et voyager donc c’était plutôt suivre le plan que j’avais établi depuis toute petite. J’ai vraiment sauté le pas quand je suis partie en avril 2016 en Inde sans billet de retour. Je ne connaissais que l’Inde à travers les histoires de mes parents et les récits de certains blogs. Je rêvais d’aller à Dharamsala, j’ai commencé par enseigner le français aux réfugiés tibétains puis le reste du voyage s’est déroulé naturellement.

Pour en découvrir plus sur Ava n’hésitez pas à consulter son blog ainsi que son compte Instagram.

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :