Le Moulin Rouge, sanctuaire des divines chahuteuses

Insouciance, Légèreté et Joie de Vivre… dans un foisonnement culturel où les bourgeois s’encanaillent, un joyeux désordre plein de gaieté et de vitalité… bienvenue au Moulin Rouge.

Le 6 octobre 1889, au pied de la Butte, du côté de la Place Blanche, le public vient en foule découvrir une gigantesque piste de danse, des miroirs partout, une galerie où il est du dernier chic de s’encanailler, un jardin agrémenté d’un énorme éléphant et des promenades à dos d’âne pour amuser les dames.

Les maîtres des lieux s’appellent Joseph Oller et Charles Zidler. Ils ont surnommé leur établissement Le premier Palais des Femmes.

Les bals du Moulin Rouge deviennent rapidement très prisés. Apothéose : une nouvelle danse, le Cancan avec ses danseuses, ses chahuteuses qui sous le regard ensorcelé des clients, font le grand écart et soulevent leurs jupes, dévoilant bas noirs, jarretelles et frou frou (seule la soliste a droit aux dessous de couleurs). Ce n’est un secret pour personne chaque client tente son approche car bien que danseuses elles sont aussi prestataires de services frippons !

Elles ont toutes des pseudonymes imagés. La célèbre Goulue et sa gouaille, Jane Avril dite Jeanne la Folle, la Môme Fromage, Grille d’Egout, ou encore Nini Pattes en l’Air qui ouvrira une école de Cancan…

Les dix premières années du Moulin Rouge s’enchaînent dans un tourbillon de soirées extravagantes, les premières revues apparaissent, on y organise des concerts bals tous les jours à 22 heures.

Le 29 décembre 1902. Le Cancan n’est plus à la mode, le bal du Moulin Rouge se transforme en théâtre-concert.

En 1907, Mistinguett, fait ses premiers pas sur scène .

Après guerre, les danseuses sont américaines avec la création de « New York – Montmartre ». En tête d’affiche, les Dolly Sisters. Le style Broadway fait son entrée et Mistinguett comprend immédiatement qu’une révolution est en train de se produire. S’en suivront de mythiques créations : « La Revue Mistinguett » en 1925, « Ça c’est Paris » en 1926. La Miss et ses Girls, animeront la vie parisienne jusqu’en 1929.

De 1929 à 1945 le moulin rouge devient Night-Club, le cinéma ayant détourné la clientèle.

Le 22 juin 1951, Georges France dit Jo France, fondateur du Balajo, acquiert le Bal du Moulin Rouge et se lance dans des travaux titanesques pour lui redonner son faste d’antan. Soirées dansantes, attractions et galas de charité sont de retour…

1955, des cuisines sont installées… Le « dîner-spectacle » du Moulin Rouge devient un must des attractions parisiennes.

En 1962, Jacki Clérico, prend la tête du premier cabaret du monde. Il se lance la construction d’un aquarium géant dans lequel des danseuses nues évoluent sous les yeux médusés des spectateurs…

Les spectacles ne portent que des nom en F : il s’agissait à l’époque d’une superstition, c’est aujourd’hui une tradition. Frou Frou, Frisson, Fascination, Fantastic, Frénésie qui tient l’affiche depuis 1999.

Aujourd’hui le Moulin Rouge c’est 80 artistes, dont les 60 Doriss Girls recrutées dans le monde entier, 1 000 costumes de plumes, de strass et de paillettes, une musique originale enregistrée par 80 musiciens et 60 choristes.

Une institution de 130 printemps !

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :