Un article coquin qui vous donnera la banane !

Que le plaisir soit et le plaisir fut ou comment une réclame des années 20 très » fruitée  » nous amène aux sex toys.

La banane un fruit ouvertement phallique mais peu choquant de par son caractère naturel et végétal, fondant dans la bouche qui, à cet instant, présente une évidente analogie de forme et de situation avec la fellation. Les jeux sont innombrables qui ont été faits entre la banane et le sexe masculin. Allégories, métaphores, comparaisons, l’image est tellement évocatrice qu’elle se passe de commentaire.

Mais je vous ai apporté des » joujoux » parce que les fruits c’est périssable.

On sait que les « sex toys » étaient présents dès le paléolithique, mais c’est en 40 avant J-C, que le vibromasseur aurait fait son apparition, grâce à Cléopâtre et son jouet bien particulier : un rouleau de papyrus rempli d’abeilles afin de profiter de leur bourdonnement dans ce moment de détente…

1880 voit apparaître le tout premier vibromasseur mécanisé à vapeur. Le médecin anglais Joseph Mortimer Granville dépose un brevet pour une machine d’un nouveau genre : le marteau de Granville. Cette invention était utilisée à l’époque pour « soigner » des femmes atteintes « d’hystérie ». Depuis le XVIIème siècle, les médecins ont en effet l’habitude de « soigner » leur frustration sexuelle en les masturbant.

À cette époque, une dame qui montrait ses chevilles dénudées était d’une extrême indécence, alors vous pensez bien que le plaisir féminin, on préférait l’oublier.

La révolution sexuelle s’opère, les sex-toys quittent le monde médical dès les années 30, grâce à l’arrivée de l’électricité dans les foyers, le vibromasseur ressemble moins à une machine à vapeur mais apparaît plutôt sous la forme d’appareils ménagers allant du sèche-cheveux au batteur à œuf.

Le vibromasseur fut le cinquième appareil électrique disponible à la vente ! Après la bouilloire à eau, le grille-pain, la machine à coudre et le ventilateur.

À la même époque, on a fait des progrès significatifs dans le traitement des MST, ne serait-ce qu’en s’intéressant à la question et en bossant sur les moyens de contraception et leur diffusion. Le préservatif est passé au latex, et non seulement c’était bien plus attrayant, mais cette matière a également inspiré l’industrie du sex-toy, qui a pété le feu dans les années 1950.

Le grand moment du godemichet était enfin arrivé.

Et quand je dis grand moment, je ne m’arrête pas à la multitude de formes, couleurs et fonctionnalités qu’il a pu prendre.

Aujourd’hui, posséder un godemichet est loin d’être chose rare, et jouer avec, seul-e ou à deux, encore moins. Il est devenu un objet d’émancipation, de libération sexuelle. Oui, cette chose incongrue aux airs de banane a traversé les siècles avant de devenir socialement acceptable ! Voilà qui me paraît beaucoup d’effort pour laisser les gens se faire un peu plaisir dans l’intimité…

Sur ce je vous souhaite une bonne soirée.

Trixie Pearl

Publié par

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :